lucieLucie de William Trevor

Editions Signatures Points, 2013, 339 pages

Lucie vit dans un petit village irlandais au bord de la mer avec ses parents. On est en 1921 et le pays s'agite. Les parents de Lucie s'inquiète, d'autant plus que sa mère a des origines anglaises. Ils décident de quitter l'Irlande pour l'Angleterre, mais la petite Lucie ne l'entend pas de la sorte. Elle s'enfuit dans les bois. Ses parents la laisse pour noyée. Dechirés par le chagrin, ils quittent l'Irlande et claque la porte sur leur ancienne vie pour tenter d'oublier leur petite fille. Mais Lucie est là, vivante, en Irlande.

J'ai eu du mal à entrer dans la toute première partie du roman, simplement, peut-être, parce que je n'aurais jamais réagi comme ses parents face à la même situation. J'ai trouvé les première page d'une froideur incroyable face à la tragédie qui se déroule dans l'histoire. Et puis, j'ai suivi la vie de la petite Lucie, qui grandit en attendant patiemment le retour de ses parents, refusant de quitter la maison de bord de mer de son enfance. Passées les premières pages, je me suis laissée emporter par le roman, indignée par le destin cruel de cette famille, par tous les actes manqués qui leur auraient permis de se retrouver.

C'est un très beau roman. Le style de William Trevor fut pour moi un découverte et j'ai beaucoup aimé. Il décrit avec beaucoup de justesse les émotions, le temps qui passe. L'écriture est fluide et douce, ce qui transforme cette histoire terrible en beau roman. C'est un roman dans lequel on se sent bien et que l'on a beaucoup de mal a quitté, l'ambiance continue de nous hanter longtemps après avoir terminé notre lecture.