OSCAR WILDEThe Canterville Ghost d'Oscar Wilde

(Le fantôme des Canterville)

Lu sur mon kindle, 1887

J'ai lu ce livre pour la première fois il y a quelques années. Si j'en crois mon blog, je l'ai déjà lu deux fois et je l'ai dans deux éditions différentes dans ma biblio... C'est pas beau de vieillir, je vous le dis moi...

Quoiqu'il en soit, j'étais certaine de n'avoir jamais lu ce conte en anglais, ce qu'ami-kindle m'a permis de faire le week end dernier.

Il faut que je vous raconte mon étrange relation avec Oscar Wilde. C'était un personnage et je le respecte grandement... mais j'ai toujours peur lorsque j'ouvre un de ses livres ! J'ai lu Le portrait de Dorian Gray au lycée pour la première fois, ma prof d'anglais m'avait grillée à le lire en français (bon en même temps, je n'étais qu'au lycée, hein) et j'ai eu limite honte... du coup, je l'ai lu en anglais peu de temps après. Je reconnais de grandes qualités à ce livre et pourtant je ne l'ai pas adoré.

Ce que j'aime avant tout chez Oscar, c'est son humour, son côté cynique, sa dérision... bien présents dans d'autres de ses textes, mais pas dans Le portrait de Dorian Gray, je trouve. Et, là, j'en reviens à mes moutons (irlandais) : C'est tout à fait cet Oscar que j'ai découvert à l'époque avec Le fantôme des Canterville !

Le fantôme des Canterville raconte l'histoire d'une famille américaine typique qui vient s'installer dans un manoir hanté en Angleterre. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils n'ont même pas peur !

J'aime beaucoup cette histoire, et le décalage entre les histoires de fantômes et le surnaturel avec cette famille consumérisme, terre à terre, et qui ne se laisse étonner de rien ! Notre pauvre fantôme va avoir du mouron à se faire ! Il va finir par se faire tout petit, terrorisé par cette famille qui a un remède pour tout ! (surtout les grincements de chaines rouillées qui les empêchent de dormir la nuit!)

Une histoire très amusante, que je relirai encore et encore avec grand plaisir (comme Le conte de Noël de Dickens - des histoires doudou) dans la même veine que The Happy Prince and Other Tales, que j'avais adoré également.

Bref, il faut que je sois courageuse et que je me plonge dans l'oeuvre d'Oscar ! Je sais qu'il le vaut bien !

Livre (re)lu pour accompagner Copine-Yueyin et la forcer (un peu) à écrire son billet sur Dorian Gray dans le cadre du mois anglais.

To read or not to read British Mysteries